Dash, le twitter de l’auto

Nous le disons depuis octobre 2007 où nous l’avions repéré (Dash. Les mash-up du quotidien), Dash sera une des prochaines évolutions de la voiture autrement (voir aussi L’urgence de navigations plus intelligentes ou encore Quand l’intelligence viendra aux voitures. Bref, chez Chronos c’est une conviction !).

Ce sera une révolution, confirme Walt Mossberg l’expert du Wall Street Journal, quand un réseau se mettra en place à un niveau consistant (Dash’s Car Navigator Gives Smart Directions, If Others Participate). Pour ceux qui ont accès au site payant WSJ, la vidéo vaut le détour par la force de la démonstration. Dash est un terminal de voiture communicant – adossé à internet et un GPS – qui s’alimente en temps réel des informations de tous les protagonistes du réseau consolidé par un système central, lui-même nourri de modèles et de données exogènes. C’est le jeu entre les données individuelles et collectives qui fait la force du dispositif. Sa pertinence est exponentielle du trafic de données et à l’implication des usagers. Un Twitter de l’automobile en quelque sorte (Twitter au cœur de la révolution des médias sociaux ?).

Mais sa grande puissance est encore ailleurs ! L’intelligence du service est de relier l’automobiliste au quotidien. l’information est certes d’abord celle du réseau automobile, mais c’est aussi l’automobiliste dans son quotidien. L’équipement vaut $400 et l’abonnement mensuel $10. Les bénéfices individuels et collectifs sont monstrueux par le temps gagné, par les économies de congestion, par la fluidification du trafic, etc. Comme dans tout réseau social, comme dans tout réseau en général (et Vélib’ en est une autre démonstration), la puissance est dans le nombre et la qualité du maillage. Là, la démonstration reste à faire. Qui s’y colle en France ?

Publicités

mars 27, 2008. 5e Ecran, collectif/individuel, Empowerment, Everyware, Mash-up, Navigation, Place de marché. 1 commentaire.

Quand l’intelligence viendra aux voitures

C’est encore une illustration du basculement des pratiques web vers la ville. Le « peer to peer« , protocole bien connu de tous ceux qui téléchargent du contenu sur Internet, s’applique cette fois ci à la voiture. Le système CarTorrent permet un partage d’information de véhicule à véhicule via une connexion Internet sans fil dans un rayon de 300 mètres. Ces partages d’information peuvent trouver plusieurs applications. Ils seront autant utiles aux conducteurs lors d’accidents pour diffuser rapidement des messages d’alerte que pour avertir de l’état du trafic ou d’intempéries qui peuvent affecter la conduite. Chaque automobiliste devient lui même une source d’information dynamique ! Mieux, les conducteurs seront –à l’image du système DASH – capables d’envoyer ou de recevoir des contenus media (médias et informations géolocalisées (GeoRSS), c’est-à-dire de bénéficier des mash-ups de l’ensemble des automobilistes connectés au réseau.

Comme le précise O’Reilly Radar, ces services pervasifs font de la voiture un « hub mobile ». Plutôt que dans les moteurs hybrides, c’est peut-être là que réside la vraie intelligence de l’automobile urbaine.
Les créateurs de CarTorrent restent néanmoins lucides : « there’s no point in being the only person on a peer-to-peer network ». Le système est prévu pour 2012. D’ici là, un premier enjeu se dessine : dissiper les réticences en rendant compte aux automobilistes du bénéfice de ces partages d’information. Parce qu’il faudra se poser la question : où se situera la masse critique d’usagers ? Elle reste à déterminer, mais sera inévitable pour fonder l’efficacité d’un service collaboratif.

janvier 18, 2008. Chronos, Flux, Hubs, Mash-up, Navigation, Partage, Temps réel. 2 commentaires.