L’automobile, un transport public ?

Et si la voiture était aussi un transport public ? Après tout, le vélo, à travers le vélo libre-service, est déjà un transport public ouvert à tous. Après tout, même le covoiturage est aussi une forme de transport public. Ce qui était un impensé, sinon une hérésie il y a quelques années, commence à faire sens. Portée par des politiques d’intégration physique et tarifaire, l’autopartage s’insère lentement dans les réseaux de transport publics. Complémentaire plutôt que concurrentielle, adaptative  et opportuniste plutôt que régulée au métronome, la voiture « libre-service » étend la puissance du réseau des transports publics vers les « interstices », les zones et les temporalités mal desservies. Avec son dossier « Auto soit louée », Transport Public a enquêté sur les différents services en place. Chronos répercute et prolonge l’investigation à travers la France et ailleurs.

Revue détaillée des clés du succès de la voiture en partage.

L’intégration physique. La voiture en partage a besoin de s’adosser aux dispositifs existants. Elle s’intègre dans des hubs de transports favorisant la création de « chaînes de mobilité » comme à Montpellier. La régie des transports (TaM) et le service privé d’autopartage Modulauto agissent de concert pour implanter les nouvelles stations à proximité des nœuds de transports. Ce point est fondamental.

L’intégration tarifaire et transactionnelle. Partager des lieux ? Oui. Partager des abonnés et des tarifs ? Aussi, évidemment ! A Lyon (Autolib’), Rennes (City Roul), Nantes (Zenius et Marguerite ) et à Lille (Lilas), les services d’autopartage sont pensés en intégration avec les autres modes. L’Alsace (Auto’trement) et l’agglomération de Montpellier vont plus loin en proposant un abonnement combiné entre le rail et les roues.

Modulauto - Lea Marzloff

Quels modèles de gouvernance ?
Aux Etats-Unis (ZipCar) ou en Suisse (Mobility), le départ a été pris il y a longtemps (neuf ans déjà pour ZipCar qui atteint déjà un parc de 5500 véhicules et 350.000 abonnés). En France, les réseaux d’autopartage démarrent. Ils comptent de 20 (Lille, Grenoble) à 110 véhicules pour Okigo (Vinci Park et Avis) à Paris. Ils se pensent à l’échelle des villes, des agglomérations ou des territoires, mais pas à l’échelle du pays comme Mobility en Suisse. Développé à l’origine sous forme d’association ou de coopérative, le statut de l’autopartage se structure, s’industrialise, se systémise. Grenoble et Toulouse (Mobilib) créent des sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC). Cas unique en France, l’Autolib lyonnais est une société d’économie mixte dont le principal actionnaire est le Grand Lyon. Les grands opérateurs se placent : la RATP, la SNCF, Vinci Park et Avis ont annoncé leur groupement pour répondre à l’appel d’offre parisien. De son côté, le groupe Bolloré  lancent deux expérimentations à Strasbourg et à Rennes, tandis que Veolia participe à la gestion de Liselec à La Rochelle, un réseau de voitures électriques en libre-service.

L’autopartage est en marche et de nouveaux défis se profilent déjà. Comment rendre les systèmes dynamiques et intelligents ? Vulog propose déjà des solutions avec des voitures géolocalisées et non-adossées à des stations, ouvrant la voie à un autopartge dynamique, peut-être à même de gérer le très controversé one way (Entretien avec Georges Gallais, VU Log, Vers une voiture servicielle et logicielle). Plus largement, comment la puissance publique peut-elle favoriser l’usage de la voiture en libre-service ? La proposition de loi de Roland Ries tendant à promouvoir l’autopartage est bloquée au Sénat depuis 2006 ! Les autorités organisatrices ont dans leur main les clés de l’autopartage : stationnement préférentiel, voies réservées, intégration transactionnelle, etc. Lille montre l’exemple et prépare pour 2012 un « passeport métropolitain » qui ouvrira les portes des piscines, des parkings et des transports publics, voitures comprises !

Pour finir sur une note de musique, une courte et non moins drôle publicité pour Mobizen

Léa Marzloff et Philippe Gargov

Publicités

décembre 11, 2008. Étiquettes : , , , , . Chronos.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :