Formats mobiles et Twitter en embuscade

L’industrie mondiale du message mobile pèse $Md 130 en 2008, dont 60% en revenus de services hors voix : SMS, MMS, mobile email, mobile IM. Chacun de ces formats est amené à croître pour atteindre $Md 224 en 2013, prévoit l’étude de l’institut anglais Portio Research. Le SMS, roi de la fête, poursuit sa course bien sûr par sa simplicité, son coût réduit et la familiarité acquise. Brillant futur aussi pour l’email mobile, même si aujourd’hui seuls les Japonais échangent plus d’email que de SMS, ouvrant la voie au reste du monde. Le format pourrait atteindre un milliard d’usagers en 2013, soit quatre fois plus qu’aujourd’hui. Le rythme promis par Portio Research au mobile instant messaging (MIM) est encore plusfort, puisqu’il atteindrait une audience presqu’aussi importante que celle des emails mobiles, mais en partant de quelque 100 millions d’usagers aujourd’hui. Le trafic mondial de MMS, lui aussi en explosion, sera de 75 milliards de message en 2008, largement encouragé par les équipements d’image des terminaux et ouvrant la voie à des trafics nouveau comme le video mail.

Cette floraison de formats n’est pas seulement le signe d’une vitalité du marché de la communication mobile. Il révèle d’une part l’intensification d’une communication asynchrone et d’autre part une richesse accrue de modalités qui va jusqu’à la redondance. On doit s’attendre à ce que ces formats s’enrichissent encore et trouvent des voies de développement originales. Ainsi, de Twitter qui déclenche des passions outre Atlantique. Pour Francis Pisani, “trois éléments y contribuent : – La possibilité d’inclure des directions de sites raccourcies (type TinyURL) ; – La mise en place d’un excellent moteur de recherche interne ; – La possibilité (inventée par les usagers) de ‘re-tweeter’ des messages pour les convertir en conversation” (Transnets – A Twitter revolution?). Francis Pisani encore publie un billet (Twitter, pour ou contre ?) qui donne la mesure des bouleversements dans l’information que Twitter révèle.

Tim O’Reilly (Monsieur Web 2.0) quant à lui, ne cache pas son admiration pour le format et développe six bonnes raisons d’aimer Twitter (Why I Love Twitter). Il en a même fait un livre (Twitter and the Micro-Messaging Revolution). Un autre blogueur, David Spark, développe un argument selon lequel Twitter développe sa propre logique de communication et permet des “Twitter moments” qu’aucun autre format mobile n’autorise (Sixteen Great Twitter Moments).

Tout cela amène ledit Twitter à envisager sereinement l’avenir après avoir refusé une offre de rachat de Facebook (à 500 millions de dollars quand même !) pour ses six petits millions d’abonnés mais en croissance de 350% en un an. Dans un entretien à l’expansion.com (“Nous allons commencer à monétiser Twitter au début 2009”), Evan Willimas, PDG de Twitter, forme l’espoir – dit l’article – d’être le Google de la mobilité : Si nous le voulions, nous pourrions être à l’équilibre dès aujourd’hui avec les nombreuses offres de sponsoring que nous recevons tous les jours. Nous voulons générer de l’argent avec le produit lui-même (avec des services premium pour un usage professionnel de Twitter par exemple, ndlr).

Allez sur la page d’accueil du MTA (Metropolitan Transportation Authorithy), le réseau new yorkais des transports publics, vous y trouvez, des propositions pour recevoir des messages mobiles sous des formats multiples…

mta_mobile1

Même Google y fait sa publicité pour ses messages gratuits d’information, mais soutenus bien entendu par un modèle économique. Autre application originale qui conjugue le format et la communauté, la possibilité d’agréger sur une carte les messages Twitter de personnes qui partagent une même activité (ici, en l’occurrence, la présence dans un même aéroport, Boarding.fr, un bel exemple de l’usage de Twitter comme plateforme).
Devant cette farandole de formats, on se souvient de la formule déjà ancienne de Isaac Joseph à propos des gares et des accessibilités : l’accessibilité est également la qualité d’intelligence partagée d’un espace de communication (Une ethnographie des lieux publics, Enquête, La ville des sciences sociales, 1996, texte intégral en ligne). Aujourd’hui, la richesse des formats mobiles nous y conduit tout droit.

Advertisements

décembre 7, 2008. Chronos.

One Comment

  1. Les formats publics de communication « replied:

    […] de l’everyware). Comment concevoir des formats qui s’intègrent dans le nomadisme ? (Formats mobiles et Twitter en embuscade). La vocalisation des flux ne semble pas une réponse suffisante. L’innovation technologique […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :