Le temps collaboratif

La nuit fait partie de la grande conquête de notre époque, le temps libéré. Le temps libre ne se confond avec le temps libéré que pour ceux qui en ont le contrôle. C’est alors la maîtrise par soi-même de son propre temps. Prenez le temps d’aller vite, la formule de la marque TGV de la SNCF – qui a dix ans maintenant – n’a pas pris une ride. L’oxymore n’a rien perdu de l’apparente absurdité de sa contradiction. Elle fait toute son ironie et sa pertinence. Elle est justement l’expression de cette maîtrise ambiguë : entre son temps à soi, le temps qu’on doit aux autres et les injonctions sociétales. Ce que dit aussi la formule, c’est qu’on oscille en permanence entre tension et lenteur, deux valeurs qui ne luttent qu’en apparence. Mais la vraie révolution, c’est celle de la gestion collaborative du temps, une nouvelle forme de partage et de régulation.

Par Bruno Marzloff, lire la suite sur le site Place Publique

Publicités

novembre 19, 2008. Chronos.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :