L’iPhone, tapis volant du city breaker

L’expansion.com se fait l’écho d’une étude de l’Idate selon laquelle le succès élitiste de l’iPhone masquerait un déficit monstrueux d’usages de l’internet mobile en général (L’iPhone n’a pas sauvé l’internet mobile). Comme si les usagers de l’internet mobile de l’iPhone formaient une secte azimutée, sur une planète lointaine. Comme si les services que propose l’iPhone étaient des jeux gadgets déconnectés des contingences du quotidien. Comme si l’internet mobile et les services on the move n’avaient pas leur place dans le parcours du voyageur. Comme si les démonstrations faites par les Japonais de l’intégration massive de l’internet mobile dans le quotidien ne concernaient que les Nippons. Justement Médiamétrie vient de publier une étude qui contredit l’Idate en soulignant la progression des usages des nouvelles fonctionnalités, et singulièrement la croissance des pratiques de téléphonie mobile dans le voyage.

Les technologies adossées à l’internet mobile ont évidemment une place considérable et la maturité du marché est là. Encore faut-il que l’offre réponde à la demande.

Cet ajustement de l’offre à la demande via l’iPhone est un des signes de ce qui est en train de s’esquisser sur le city break. Allez voir cette suite servicielle voyage iPhone dans le diaporama que propose le New York Times. Vous comprendrez vite. Dans une investigation lancée sur le phénomène city break avec de grands comptes (Accor, TGV, RATP, ADP, JCDecaux, Airbus, PSA, Direction du Tourisme, SFR), nous avons beaucoup appris en même temps que nos partenaires (Impedimenta, City Break). Si on devait en tirer un seul enseignement, ce serait justement celui-ci.
N’essayer surtout pas de remettre de l’ordre dans le city break, mais élaborez les outils pour que le city breaker assume pleinement son évasion et ses désordres. Cela passe nécessairement par l’internet mobile. Chahutant les normes individuelles, activant les ventes de dernière minute, du last minute, de l’instantané sur internet et demain sur le mobile, animé par la fugue, l’évasion, l’opportunisme, par des consommations d’impulsion, déterminé par une économie qui lui est propre de son voyage, le city breaker attend qu’on le lâche sans qu’on se dérobe. Difficile exercice, en effet, mais nécessaire. Le vagabondage s’accommode très bien de l’autonomisation croissante du voyageur et de l’instauration de relations anonymes au service et à l’objet (Jean-Didier Urbain, L’exotisme du furtif).

Par essence, le city break est de l’ordre des ruptures jusqu’aux ruptures de normes. Dans le City Break, on se désocialise, on s’affranchit du quotidien pour mieux pénétrer l’évasion. C’en est même une condition nécessaire. Pour le faire, il faut disposer d’outils de maîtrise de son errances ; des outils qui se fassent oublier, à l’instar des routines – là pour servir, mais qui n’ont de sens que si elles ne pèsent pas – ; des outils qui conjuguent la planification, l’imprévision et l’improvisation sans brider, qui ouvrent à la découverte sans jeu de piste, qui saisissent l’opportunisme sans être innoportuns ; des outils qui permettent l’appropriation par soi-même de son propre rêve. Un tapis volant en quelque sorte, c’est justement une des définitions que nous avons données du city break. Je ne vois pas qu’il existe de meilleures libérations du tapis volant que celle que fournissent les terminaux personnels intelligents et l’utilisation d’un internet en mobiquité. Le reste, le rêve, l’imaginaire, l’hétérotopie… c’est une affaire personnelle.

Advertisements

octobre 19, 2008. Chronos.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :