La fin du « far west ». La Californie rentre dans le rang

La revue Villes & Transports consacre son dernier dossier à la « Californie, laboratoire des nouvelles mobilités » (vous pouvez feuilleter le magazine ici). Jusqu’ici, la Californie était l’état de toutes les démesures automobiles. Un état où les villes s’étendent sur des centaines de kilomètres et où les 37 millions d’habitants occupent quasiment sans discontinuité la bande côtière entre mer, montagnes et déserts. Un état qui avait construit son système de mobilité autour d’une voiture reine, rappelle le dernier numéro de la revue Urbanisme (qui est l’occasion d’une saine réflexion sur l’étalement urbain de Jean-Michel Roux : Urbanisme). Enfin, un état qui a détruit au cours des 50 dernières années l’ensemble de ses réseaux de tramways (à l’exception notable de San Francisco).

Et puis, tout s’écroule : le gallon dépasse les $4 et les Californiens se retrouvent plus que jamais dépendant de leur voiture et d’un dispositif immobilier mité au-delà de tout raisonnable. Mais de cette crise naissent des opportunités. L’esprit des pionniers est encore à l’œuvre dans le Grand Ouest. Passons en revue les initiatives de nos amis californiens :

Peter Marlow / Magnum Photos.

Crédit : Peter Marlow / Magnum Photos.

– Un TGV pourrait relier San Francisco à Los Angeles (en 2h30) et San Diego (en 4h) d’ici à 2020. Les autoroutes et aéroports de la région étant tous au bord de l’asphyxie, un train grande vitesse semble indispensable pour relier les grandes villes de Californie. On en saura plus le 4 novembre, date d’un référendum populaire qui permettra ou non de débloquer les budgets nécessaires à ce projet.

– En Californie du Sud, de lourds investissements sont consacrés aux HOV. Ces « High-occupancy lanes » sont réservées aux voitures transportant plus de deux personnes. Les travaux en cours visent à relier entre elles ces voies réservées au covoiturage. Initiative intéressante et à retenir : les HOV auront à l’avenir « leurs propres sorties et leurs propres diffuseurs permettant de passer d’une autoroute à l’autre sans se mêler au reste du trafic ».

– San Francisco s’est engagée dans un ambitieux projet d’efficience des transports publics (Transit Effectiveness Project). Déjà les tramways vont bénéficier de la priorité aux feux et aux stops, ce qui leur permettra d’améliorer sensiblement leurs cadences. Le Bart, RER performant de la région de San Francisco, devrait être étendu jusqu’à Santa Clara, dans la Silicon Valley.

– Plus largement, les villes et comtés californiens prévoient de densifier l’habitat et les activités le long de leurs nouveaux axes de transport en commun. L’excellent StreetsBlog se fait l’écho d’une étude sur les relations immobilier-transport. On y apprend que les Américains bougent déjà vers des zones où les offres de transports en commun sont plus importantes, même si leurs options restent limitées. La « federal transportation bill » va être votée dans les mois qui viennent, on saura alors dans quelle mesure l’Etat s’investit pour développer les transports alternatifs à la voiture.

Publicités

septembre 22, 2008. Étiquettes : . Chronos.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :