Auto et transports publics, l’huile et l’eau

itransports.fr est lancé, accompagnant l’ère de l’internet mobile. C’est le premier service, en Europe, de calcul d’itinéraires en transports publics sur téléphone mobile, privilège jusqu’ici des automobilistes. L’initiative de SFR et de Moviken s’est réalisée sous l’égide du Gart. Au-dessus du berceau, une éclectique brassée de fées : le ministère des Transports, la région Ile-de-France, le département de Seine-et-Marne, l’Inrets, l’Ademe, Advancity et Cap Digital. L’intelligence du service réside dans l’incitation des voyageurs à une multimodalité des transports publics. Des informations sur les itinéraires, les temps de parcours et les temps d’attente sont proposées sur l’intégralité du parcours pour assurer un continuum informationnel. Le système est actualisé en temps réel dans le cas d’un imprévu. Le service, en phase pilote, devrait être généralisé pour tous les abonnés SFR début 2009. Les extensions sont tributaires des modèles de mobiles susceptibles de recevoir les services, de l’intégration des informations sur le territoire et des négociations avec d’autres opérateurs mobiles.

La voiture est exclue du service ! Seuls les trains, bus, tramways et métros sont pris en compte. Les territoires français sont pourtant parsemés de zones où les réseaux de transport en commun sont trop peu denses pour permettre de trouver une alternative à la voiture. Ce service reflète encore la dichotomie régnant sur les déplacements. Comme si auto et transports publics n’étaient pas miscibles, l’huile et l’eau ! On retrouve d’ailleurs ce même débat entre le gouvernement et les syndicats à propos de l’aide aux transports pour les salariés. FO dénonce cette mise à l’écart des automobilistes : On va vers une double inégalité : entre salariés en bus et en voiture, et entre salariés des grandes entreprises et des petites (LesEchos.fr – La prime transport ne convainc ni les syndicats ni le patronat).

Les acteurs ne sont pas exempts d’informer les automobilistes quand cela s’avère nécessaire. Si le mobile devient la borne mobile du voyageur, l’enjeu est d’intégrer tous les modes, toutes les attentes dans un système commun. Reste à chacun à personnaliser le service selon ses « situations de mobilité », c’est-à-dire selon sa localisation, le contexte du lieu où il se trouve, son contexte personnel et sa trajectoire. Saluons quand même l’initiative, grande première après les pionniers nippons. L’avenir se dessine où l’information devient maîtresse du jeu des mobilités !

Publicités

septembre 19, 2008. Étiquettes : . Chronos.

One Comment

  1. Les traces des mobiles au service des navigations. Entretien Chronos « replied:

    […] multiples, une certaine effervescence s’empare des opérateurs de téléphonie mobile. La semaine dernière, SFR et la PME Moviken lançaient itransports.fr, premier service européen de calcul […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :