Google contrôle la maîtrise de l’usager

Google vient d’ouvrir ses cartes (Google Maps) à aux internautes d’Australie, des Etats-Unis, et de Nouvelle Zélande (Ecrans – Google Maps joue la carte participative). Ces derniers peuvent désormais déplacer les marqueurs sur les cartes originales et compléter les informations fournies en dehors de celles qui relèvent de lieux ou bâtiments officiels. Google joue la carte du partage : les cartes s’enrichissent au gré des modifications même si les originales sont conservées. Ces cartes collaboratives bénéficient aussi de l’option de partage de cartes personnelles déjà disponible sur My Maps. L’objectif est d’agréger des informations granulaires, voire personnelles et de les réintégrer à une échelle globale.
La firme poursuit sa logique de grand écart, de l’hyperlocal au global.

Les bénéfices de l’utilisateur sont indéniables grâce à l’enrichissement des bases de données. Les bénéfices publicitaires de Google ne le sont pas moins. L’objectif répété reste « organiser l’information mondiale ». Ce qui est nouveau, ce sont deux choses : le sentiment d’appropriation concédé à l’usager et l’ancrage en milieu urbain, prémices des bases d’informations diffusées demain sur les mobiles : « Nous voulons qu’elle inclue votre quartier. Mais vous le connaissez mieux que nous, alors maintenant vous pouvez aider à vous assurer que le monde entier puisse le voir correctement ». Une modération se met en place ; optimale pour garantir la fiabilité et l’actualité des cartes et suffisamment souple pour ne pas décourager leur utilisation. Le billet d’Affordance (Google est le WebOS) résume parfaitement la philosophie :

« Tu fais ce que tu veux chez moi, tu y invites qui tu veux, tu t’y comportes comme tu veux mais … tu n’oublies pas que tu es chez moi. » Ou plus précisément, moi propriétaire, je mets tout en oeuvre pour te permettre d’oublier que tu es chez moi : en te laissant te comporter à ta guise, en te laissant meubler (…) je t’observe (…) pour rendre monétisable chacune de tes actions, chacun de tes comportements. »

Bref, du collaboratif sous contrôle et sous bénéfice d’inventaire.

Publicités

novembre 27, 2007. 5e Ecran, cartographie, Chronos, Navigation, Partages, Réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :