L’écologie, c’est la voiture en réseau

C’est le début d’une très bonne idée. Ce pourrait être encore plus, une idée révolutionnaire. En deux mots, The Wall Street Journal (Software Executive Shifts Gears to Electric Cars. Pour ceux qui ne sont pas abonnés au quotidien, voir Radically re-thinking the automotive business model et voir aussi le blog de l’innovateur, Shai Agassi) relate le projet de « Better Place ». Cette start-up, soucieuse de débarrasser les voitures (et l’environnement) de leur carburant fossile, imagine exploiter des petites batteries électriques d’une portée de 100 miles, moins chères et plus faciles à changer. La start-up a déjà levé $ 200 millions. L’innovation n’est pas dans la voiture électrique, mais dans une voiture propre débarasssée de son problème de rechargement de batterie. L’innovation, c’est de détacher la batterie de la voiture. On acquiert la voiture sans sa batterie et on ne recharge pas, mais on change sa batterie sur un réseau de stations contre un abonnement (donc on élimine l’obstacle majeur du rechargement).

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Comme les poupées russes, la vraie innovation se masque encore derrière, nous semble t-il. L’électricité comme énergie, d’accord, c’est un moindre mal, mais pourquoi s’encombrer d’une voiture quand le réseau de stations existe où la voiture pourrait se louer contre un abonnement ? Alors, l’énergie économisée, c’est aussi celle de dix voitures à ne pas construire pour une voiture en partage (chiffre communément admis en France. aux Etats-Unis, ZipCar, premier opérateur mondial de car sharing – plus « commercial » – parle de 25 automobiles supprimés pour une voiture en partage).

Publicités

novembre 4, 2007. Chronos, collectif/individuel, Durable, Smart City.

4 commentaires

  1. Hubert Guillaud replied:

    Le réseau locatif de voiture peut-il être une panacée ? S’il a incontestablement du sens dans un cadre urbain et pour des déplacements de courte durée et/ou irréguliers, peut-il être une solution unique voire globale ? Quand tout le monde doit se rendre au travail à la même heure le matin ? Quand les déplacements excédent une certaine distance, quand le nombre de personne à utiliser la voiture est important (une famille) la voiture locative peut-elle être une solution ? Si cette idée me semble très bonne, je m’interroge sur ses limites, qui cachent des contraintes d’usages auxquelles elle ne saura peut-être pas répondre et qui peuvent être des causes de son éventuel échec si elle rencontrait un déploiement important.

  2. Bruno Marzloff replied:

    Le réseau locatif n’est évidemment pas une panacée et de très loin ! Mais c’est un pas dans la bonne voie dès lors qu’il élimine d’emblée 90% des voitures. Il a évidemment plus de sens dans le cadre urbain, mais il reste néanmoins à asurer des dessertes porte à porte là où les autres modes ne les servent pas. Il ne faut pas oublier que les propositions commentées dans le billet viennent des USA où la place de la voiture est celle que l’on connaît, c’est-à-dire quasiment sans alternative.
    Pour aller plus loin dans le raisonnement, il ne faut évidemment pas se limiter à ce concept. D’autres formes de régulations, notamment du côté du yield management, apparaissent indispensables. Elles risquent d’être plus compliquées à mettre en oeuvre que le réseau locatif ! Dans tous les cas, l’information pervasive devient le carburant le plus efficace pour améliorer les dispositifs de mobilité et réduire les séquelles environnementales.

  3. Georges AMAR replied:

    … en matière d’innovation, il y a toujours des « dimensions cachées » (comme aurait dit Edward T. Hall) qui bien qu’essentielles n’apparaissent qu’en cours de route. En l’occurrence une dimension, disons, culturelle-symbolique, qui fait qu’un système de transport, au-delà de ses fonctionnalités se met à acquérir un sens et une valeur socio-culturelle. On l’a assez bien vu avec Veli’B, en passe de devenir une icone urbaine… L’un des enjeux de « l’automobile écologique en réseau », c’est l’émergence d’une image positive, novatrice et valorisante de quelque chose comme l’OpenCar…

  4. Better Place ouvre une boîte de Pandore « replied:

    […] Better Place est une initiative de réseaux de voitures électriques repérée il y a juste un an (L’écologie, c’est la voiture en réseau). L’innovation vise à résoudre un obstacle majeur à cette technique, l’autonomie […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :