Le 4e écran, ou la mobilisation du mobile

L’annonce était fatale. L’étonnant dans l’affaire est qu’elle ne soit pas arrivée plus tôt. Google développe un moteur de recherche sur mobile. C’est le Wall Street Journal qui l’annonce (Google Plans Search Service for Mobile Content). Il s’agit d’aller au-delà de la recherche de pages qui se réalise depuis longtemps sur le mobile. Il s’agit de devenir un portail à part entière pour trouver des contenus mobiles et assurer les transactions – sans oublier la publicité qui ira avec. C’est-à-dire la consolidation dans l’univers mobile de ce qui est déjà éprouvé sur le Web. L’article mentionne aussi sur ce terrain de la recherche mobile et de la conquête d’un nouveau modèle les entreprises du iPhone d’Apple, ou encore celles de Yahoo! et de Microsoft – en partenariat ou non avec des opérateurs télécom.
Cela signe l’irruption du téléphone mobile comme une plate-forme média à part entière. Nous arrivons – au moins en Occident, le Japon ou la Corée ayant déjà franchi cette étape – au moment de la « mobilisation » du mobile, de son activation dans le mouvement pour accomplir toute une série d’actes banals du quotidien.
Maurice Lévy, président du directoire de Publicis, l’avait annoncé avec un peu d’avance dans Les Echos en octobre dernier : « C’est le 1789 de la publicité… Le média le plus extraordinaire en train d’être inventé. » Il ajoutait : « Dans une dizaine d’années, on parlera d’écrans et non plus de télévision ou de Net”.
Dans ce bal des écrans, le jalonnement du parcours va maintenant guider la construction de l’offre médias dans une pratique diffuse et diversifiée du téléphone mobile. Oui, cela va devenir le plus important des médias, non seulement parce que ses usagers vont exploiter l’autonomie de navigation sur le web mobile, mais aussi par la capacité de dialogue qui s’instaure entre cet écran et ceux de la ville. Déjà adossé aux réseaux divers de téléphonie, les consultations prendront aussi progressivement appui sur la dissémination d’internet dans la ville.
Il y avait à domicile un premier écran avec la télévision, puis un second avec le micro-ordinateur, un troisième écran a surgi avec le mobile qui a quitté le domicile pour accompagner nos mouvements. Reste à mettre en place le « 4e écran », c’est-à-dire l’ensemble des supports fixes qui dialogueront demain avec ces mobiles mobilisés en mobilité.

Publicités

juillet 17, 2007. 5e Ecran, Chronos, Villes 2.0.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :