Voiture et grande ville, un couple en sursis

N’aimerions nous la voiture que sur grand écran ? Elle a la vedette dans “Le boulevard de la mort”. Non! pas le boulevard Magenta, mais le dernier film de Tarentino. L’engin rutilant retient ses passagers captifs, roule à fond les manettes, sème la terreur. Bref, elle est prédatrice…

Aujourd’hui dans les grandes villes, le film qui se joue est plutôt “La voiture en sursis”. L’hostilité à leur égard est palpable. Les brimades commencent ! Le projet Rotting Car imagine aux Etats-unis des parcmètres diffusant une odeur nauséabonde autour des voitures stationnant au-delà du temps autorisé. En France, le site “je ne sais pas me garer” fait commerce d’autocollants à appliquer sur les voitures parquées de travers. C’est bien une forme de pression sociale qui s’organise. L’épée de Damoclès est au-dessus des capots. Récemment, des stickers fleurissaient sur les voitures parisiennes…

 

image-7.png

Pourra-t-on bientôt l’échanger contre “Ne brûlez pas ma voiture, j’ai aussi un vélo” ?

Publicités

juin 7, 2007. collectif/individuel, Mobilité, Urbanité.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :